Contenu principal

Quelle rentabilité énergétique avec l’installation de panneaux solaires ?

Pour être rentable, l’installation de panneaux solaires doit pouvoir générer des économies d’énergie qui dépassent l’investissement initial. Quels sont les facteurs à prendre en compte dans le calcul de la rentabilité d’un panneau solaire ? Comment optimiser les économies ? Toutes les réponses dans ce guide.

Rentabilité panneaux solaires : quels sont les facteurs d’influence ?

Une installation de panneaux solaires est généralement amortie entre 8 et 12 ans en moyenne. Il s’agit d’un projet rentable, et ce, quels que soient la superficie de votre habitation et vos besoins en électricité. Néanmoins, le calcul de la rentabilité de l’installation – en amont de sa mise en place - est primordial pour évaluer la faisabilité du projet ainsi que son efficacité économique.

 

Cette rentabilité énergétique dépend de plusieurs facteurs, parmi lesquels : 

  • Les coûts engagés et à prévoir, comprenant les frais initiaux, les frais d’utilisation des panneaux ainsi que les coûts de maintenance et d’entretien.
  • La quantité d’énergie produite, pour calculer le rendement des panneaux solaires. Cela dépend de leur puissance et de leur dimension.
  • Le taux d’autoconsommation.
  • Le niveau d’ensoleillement de votre région. Dans le sud, le rendement de l’installation est plus important, bien qu’il soit également rentable dans d’autres régions moins ensoleillées.
  • Les revenus issus de la revente d’électricité, le cas échéant.

Comment calculer la rentabilité énergétique de panneaux solaires ?

Pour calculer la rentabilité énergétique de vos panneaux solaires, plusieurs coûts sont à prévoir. Il s’agit d’étudier en combien de temps les frais engagés au départ seront rentabilisés. Pour cela, le professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) mandaté pour calculer la rentabilité énergétique de votre installation de panneaux solaires va prendre en considération divers éléments, notamment : 

  • Les frais initiaux, incluant le prix du matériel (panneaux solaires, onduleurs, supports, câbles) et de la main d’œuvre (visite, installation, raccordement), tout en déduisant les éventuelles aides financières.
  • Les frais d’utilisation, appelés aussi Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Electricité (TURPE). Il s’agit d’une taxe qu’il faut régler chaque année, afin de rémunérer les gestionnaires de réseau. En 2024, ce TURPE est établi à 22,92 € HT pour une installation en autoconsommation avec vente de surplus, ou 34,32 € HT pour les fonctionnements avec injection complète.
  • Les coûts de maintenance, qui peuvent par exemple concerner le remplacement d’un onduleur.
  • Les frais d’entretien, comprenant le nettoyage des panneaux solaires et les vérifications techniques. Si la pluie participe au lavage naturel de l’installation, il est vivement conseillé de faire appel à un professionnel RGE au moins une fois tous les deux ans pour contrôler le bon fonctionnement du système.

Comment assurer la rentabilité de ses panneaux solaires ?

Afin que l’installation soit rentable, plusieurs astuces sont à connaître :

  • Faire appel à un professionnel RGE pour personnaliser votre projet d’installation, selon vos besoins et votre budget. La puissance ainsi que la quantité de panneaux à installer varient en effet en fonction de plusieurs paramètres connus et étudiés par un professionnel.
  • Orienter les panneaux solaires au sud, idéalement, ou entre est et ouest, avec une inclinaison comprise entre 30 et 35° pour optimiser au maximum la captation des rayons du soleil. Ces conditions ne peuvent pas toujours être remplies, car les panneaux sont souvent posés sur la toiture. Sachez toutefois que l’installation peut aussi être envisagée au sol, s’il s’agit de la solution la mieux adaptée à votre projet.
  • Entretenir régulièrement les panneaux solaires et nettoyer leur surface pour un bon rendement.
  • Choisir une marque fiable, pour assurer la qualité de votre installation ainsi que sa durabilité.
  • Utiliser directement l’énergie produite pour alimenter vos équipements électroménagers ou pour recharger votre véhicule électrique. On parle alors d’autoconsommation, permettant de réduire vos factures d’énergie.
  • Revendre le surplus d’électricité à un fournisseur d’électricité, si la production dépasse vos besoins.

Bon à savoir

Pour assurer la rentabilité de votre installation solaire, il est vivement conseillé de privilégier les panneaux monocristallins car ils contiennent des éléments plus performants. Si leur coût de départ est plus important, ils sont aussi deux fois plus rentables par rapport aux panneaux en silicium, par exemple.
 

Quelles sont les aides pour l’installation de panneaux solaires ?

Pour optimiser davantage la rentabilité de votre installation solaire, plusieurs dispositifs d’aides financières permettent de réduire le coût de départ. Zoom sur les principaux à connaître.

L’installation de panneaux solaires thermiques peut être soumise à une TVA réduite à 5,5 % - contre un taux classique de 20 % - car il s’agit de travaux relevant de la rénovation énergétique. En ce qui concerne les panneaux solaires photovoltaïques et reliés au réseau public, la TVA qui s’applique s’élève, quant à elle, à 10 %. Les équipements ne doivent pas avoir une puissance supérieure à 3 kWc.

Le dispositif MaPrimeRénov’ peut s’appliquer à l’installation de panneaux solaires, notamment aux panneaux thermiques et hybrides. Néanmoins, pour bénéficier de cette prime, votre habitation doit avoir été construite depuis 15 ans au moins, et servir de résidence principale.

L’éco-prêt à taux zéro concerne uniquement les panneaux solaires thermiques ou aérovoltaïques, le prêt variant de 7000 à 30 000 € selon la nature des travaux à effectuer. Pour pouvoir prétendre à cette aide financière, l’installation des panneaux solaires doit se faire sur un logement construit avant 1990, servant de résidence principale. Par ailleurs, les travaux doivent être réalisés par un professionnel qualifié RGE.

La prime à l’autoconsommation, comme son nom l’indique, est attribuée exclusivement aux particuliers produisant de l’énergie solaire pour leur propre usage. Il faut, bien sûr, disposer du matériel nécessaire, avoir une installation qui respecte des critères techniques précis, faire réaliser les travaux par un professionnel RGE et installer des panneaux d’une puissance inférieure à 100 kWc.

L’obligation d’achat est un dispositif permettant de revendre l’électricité produite par votre installation solaire. Un contrat doit être établi avec un fournisseur. Il s’agit de vendre l’énergie auprès d’un acheteur et à un tarif fixé par l’État, régulièrement révisé par des arrêtés. À noter, les revenus perçus par la revente peuvent être exonérés d’impôts sur les revenus, à condition que l’installation possède deux points de raccordement et ait une puissance de 3kWc maximum.

Les certificats d’économie d’énergie (CEE) comprennent la prime énergie, versée à la fin des travaux de rénovation énergétique. Il faut envoyer les factures au fournisseur d’énergie, qui vous retourne ensuite la lettre-chèque permettant de bénéficier de la prime. Il est vivement recommandé de vous rapprocher de votre fournisseur d’énergie en amont de votre projet pour lui exposer les éléments, afin de vous assurer qu’il pourra vous verser cette prime énergie par la suite.

Découvrez nos offres et services pour vous accompagner au quotidien

Découvrez nos conseils pour vos énergies habitat

Votre accès rapide à nos parcours et rubriques