Contenu principal

Si vous cherchez une solution de chauffage performante, économique et écologique, vous vous êtes sûrement intéressé au bois, un combustible qui a le vent en poupe. Vous vous posez alors sans doute de nombreuses questions : Quels sont les avantages et inconvénients de ce combustible ? Comment bien le choisir et le stocker ? On vous dit tout ici !

Les avantages et inconvénients du chauffage au bois 

Si la France est le premier pays européen utilisateur de bois énergie, essentiellement pour le chauffage domestique, ce n'est pas un hasard ! Que l'on utilise un insert, un poêle à bûches ou une chaudière à pellets, on profite d'un combustible durable et économique. Toutefois, il est important de connaître également ses inconvénients avant de se décider à s'équiper, lors de la construction ou la rénovation de son logement.

 

Les avantages du bois 

  • Une énergie économique : l’un des principaux avantages du chauffage bois réside dans le coût du combustible, stable et abordable. 
  • Une énergie écologique : bien que le bois rejette du dioxyde de carbone (CO2) quand il brûle, son impact environnemental est nul. La raison est simple : la combustion du bois n’émet pas autant de CO2 que ce que le bois absorbe lors de sa croissance. 
  • Un excellent confort d'usage : se chauffer au bois à l’aide d’un équipement comme un poêle ou une cheminée permet de bénéficier d’une chaleur douce et conviviale au sein du logement. 

Les inconvénients du bois 

  • Un investissement important : acheter un appareil de chauffage au bois est un investissement financier important. Il existe cependant des aides financières pour aider à limiter les dépenses, comme le crédit d’impôt. Il s’applique selon certaines conditions, directement sur le prix de l’appareil.  Tout savoir sur les CEE
  • Un entretien régulier nécessaire : il doit être réalisé pour profiter d’un confort de chauffe optimal en toute sécurité. Ramoner une fois par an est par exemple essentiel pour éviter tout risque d'incendie ou d'intoxication au monoxyde de carbone, et pour assurer la sécurité des occupants du logement. La vitre d'un insert doit être régulièrement nettoyée avec des produits spécifiques même si une bonne combustion doit peu, voire pas du tout l'encrasser. 
buches.jpg

 

  • Un important besoin d'espace : se chauffer au bois implique par exemple d'installer un poêle dans un lieu adapté du logement, ce qui nécessite d'avoir l'espace suffisant. De même, il faut disposer de place pour pouvoir stocker dans de bonnes conditions ses stères de bois ou sacs de pellets. Vous trouverez toutes les informations pour stocker votre bois ci-dessous. 

 

Pourquoi choisir le Bois d’allumage de TotalEnergies ?

Une efficacité redoutable

Le Bois d’allumage de TotalEnergies vous assure un démarrage rapide de vos feux de bois pour tous les types d’équipements de chauffage grâce à un bois extra sec et un taux d’humidité inférieur à 15%.

 

Naturel et écologique    

Sans aucun additif, le bois utilisé pour concevoir notre Bois d’allumage, est 100% naturel et issu des forêts gérées durablement afin de vous offrir une qualité optimale tout en vous garantissant une énergie renouvelable et économique.

 

Propre et pratique

Grâce à son emballage, le produit ne laissera aucun résidu lors de ses manipulations dans le véhicule ou dans votre lieu de vie et respecte l’environnement grâce aux nouveaux sacs de pellets et bûches. Le Bois d’allumage peut être utilisé pour allumer des feux dans les poêles à bois, les cheminées, inserts, fours à bois, cuisinières et barbecues.

 

 

 

Comment bien choisir votre bois de chauffage ? 

Vous êtes prêt à franchir le pas et à opter pour le chauffage au bois ? Il vous faudra alors choisir le bon combustible, afin d'optimiser les coûts, vous assurer une chauffe efficace et agréable et préserver votre appareil de chauffage. Voici quelques conseils pour vous aider à bien choisir.  

  • Privilégiez les feuillus durs : traditionnellement, on distingue trois types d'essences de bois, les feuillus durs, les feuillus tendres comme le bouleau, le platane ou le peuplier et les résineux comme le sapin, le pin et l'épicéa. Incontestablement, ce sont les feuillus durs qui sont les plus adaptés. Bois de frêne, de hêtre, de chêne et de charme apportent en effet le plus haut pouvoir calorifique, combiné à une combustion plus longue en raison de la densité de leurs fibres. En clair, pour une même quantité de bois, vous chauffez plus et plus longtemps. Par ailleurs, sachez que les feuillus tendres sont à déconseiller en chauffe longue. Ils brûlent moins longtemps et présentent l'inconvénient de davantage encrasser votre appareil. Ce qui se répercute forcément sur le coût de l'entretien. Ils peuvent néanmoins vous permettre de démarrer votre feu. 
  • Vérifiez le taux d'humidité du bois : c'est également un critère essentiel. Là encore, il faut distinguer trois types de bois : le bois vert avec plus de 35 % d'humidité, le bois mi-sec, avec de 23 à 35 % d'humidité et le bois sec, avec moins de 23 % d'humidité. Vous l'aurez compris, il faut choisir le bois le moins humide. Tout bois perd en effet une large partie de ses capacités énergétiques s'il est humide. Tout simplement parce qu'avant qu'il ne puisse dégager de la chaleur, il doit évacuer l'eau par évaporation (ce qui encrasse au passage l'appareil de chauffage). Au contraire, le bois de chauffage sec démarre plus facilement, chauffe plus vite et n'encrasse pas l'appareil. Résultat ? Un rendement énergétique optimisé. N'oubliez donc pas de vous renseigner sur le taux d'humidité du bois de chauffage que vous envisagez d'acheter et sur ses conditions de stockage, pour éviter l’humidité. 
  • Vérifiez l'origine du bois : la provenance du bois est un élément important. Choisissez un bois certifié PEFC (Programme de reconnaissance des certifications forestières). Celui-ci, en plus de ses qualités intrinsèques et de celles de la chaîne de production, vous assurera de contribuer à une gestion saine et durable des forêts.  
  • Contrôlez les dimensions : cela sonne comme une évidence, mais vous devez acheter des bûches adaptées au format de votre foyer. Leur taille varie en général entre 20 et 50 centimètres. Bien sûr, si vous disposez d'une scie ou d'une tronçonneuse, vous pouvez tout à fait acheter des bûches plus longues et les couper ensuite à la bonne taille. Cela vous permettra de faire des économies car plus les bûches sont vendues courtes, plus elles ont nécessité de la main d'œuvre.

Une alternative au bois traditionnel

bois.png

 

Les bûches de bois compressé suivent le même processus de fabrication que les granulés de bois. Elles sont composées de sciures de bois qui sont séchées, broyées et compactées. Elles sont donc 100% naturelles et ont un taux d’humidité très faible pour optimiser le rendement de votre installation (une performance 3 fois supérieure à celle d’une bûche traditionnelle). Idéales pour votre poêle, chaudière ou insert à bois, elles optimisent la chaleur au sein de votre logement.

 

 

Comment stocker votre bois de manière optimale ? 

Pour que votre bois conserve ses qualités calorifiques et ne s'altère pas avec le temps, il est essentiel de bien le stocker. Pour cela, il est important de respecter certains principes : 

  • Privilégiez un abri extérieur : il faut éviter de stocker son bois de chauffe en intérieur, dans une cave ou un garage en sous-sol (lieux davantage réservés aux bûches compressées ou aux granulés de bois), pièces souvent trop humides et avec insuffisamment de circulation de l'air. Le mieux est d'acheter ou de construire un abri, en extérieur, avec des briques et protégé par un toit en tôles ondulées, avec une inclinaison suffisante pour que l'eau puisse s'évacuer. Avec un tel bûcher, votre bois de chauffage sera protégé de l'extérieur et parfaitement aéré.  
  • Isolez votre bois de l'humidité du sol et des murs : ce conseil est encore plus vrai si vous stockez votre bois dans une remise à l'extérieur. Pour éviter les risques d'humidité, il est recommandé de surélever les bûches, de manière à ce que l'air puisse circuler sous le tas, en les installant sur des palettes en bois par exemple. De même, évitez de coller votre tas de bûches aux parois de votre abri pour que l'humidité ne puisse pas gagner le bois. Il vous suffit de laisser une dizaine de centimètres entre le bois et les murs. 
  • Pensez à bâcher votre bois : deux précautions valent mieux qu'une donc, même si vous stocker votre bois dans un abri extérieur, optez pour une bâche qui le protégera de tout risque d'infiltration venu du toit. Attention, il vous faudra la surélever sur les côtés afin que l'air puisse circuler et d'éviter de créer un « piège » à humidité.  
3.5-img_a.jpg

 

Rangez soigneusement vos bûches : s'il peut être tentant de jeter ses bûches dans son abri (surtout après avoir passé quelques heures à les couper), sachez qu'il vaudra toujours mieux prendre le temps de les empiler convenablement. D'une part, vous gagnerez de la place. D’autre part, vous assurerez une bonne circulation de l'air. La bonne méthode est d'empiler vos bûches sur plusieurs rangées, en alternant les bûches posées les unes à côté des autres et les bûches posées perpendiculairement les unes par rapport aux autres.

 

 

Découvrez nos offres et services pour vous accompagner au quotidien

Tous nos conseils sur les énergies de votre habitat