Contenu principal

Nos astuces pour lutter contre la fatigue au volant

Le saviez-vous ? D’après les chiffres de la Sécurité routière, la fatigue est l’une des principales causes d’accident de voiture. Elle concerne un tiers des accidents sur autoroute . Pour rester éveillé au volant et rouler en toute sécurité, suivez le guide !

Partez après une bonne nuit de sommeil 

Parmi les bons réflexes à avoir pour lutter contre la fatigue au volant, prendre la route après une bonne nuit de sommeil d’au moins 8 heures est l’un des plus importants. Cela vous permettra de rester concentré plus longtemps et vous vous fatiguerez moins vite sur le trajet.

Choisissez votre heure de départ 

Pour rester éveillé au volant, il est conseillé d’éviter certains horaires. Après le repas de midi, entre 13h et 15h, le corps digère et les risques de somnolence sont plus importants. Évitez également de partir après une longue journée de travail. De même, si conduire de nuit permet d’éviter les bouchons lors des grands départs en vacances, cela augmente les risques de somnolence au volant – particulièrement entre 2h et 5h du matin.

 

voitureroute.jpg

 

Respectez les limitations de vitesse 

La vitesse est l’une des autres causes d’accidents de la route. Conduire selon les limitations de vitesse permet non seulement d’éviter ces accidents mais aussi la fatigue. Plus la vitesse est élevée, plus le cerveau se fatigue à analyser les données qui lui sont envoyées par la vue. 

 

Sachez détecter les signes de fatigue 

Difficulté à se concentrer sur la route, paupières lourdes, picotement des yeux, raideurs dans la nuque et les épaules, jambes engourdies, bâillements sont autant de signes qui vous indiquent que la fatigue commence à s’installer. Arrêtez-vous dès que possible.

 

Faites des pauses 

Il est conseillé d’effectuer des pauses régulières pendant un trajet en voiture. Au fil des kilomètres, votre attention diminue. La fatigue se fait sentir et avec elle, les risques d’accidents augmentent. N’hésitez pas à vous arrêter dans une station-service TotalEnergies pendant votre trajet et profitez d’un moment détente nécessaire avant de reprendre la route en toute sécurité. 

Et si vous conduisez de nuit ? 

Manque de visibilité, fatigue… Lorsque la nuit tombe, les dangers sur la route se multiplient. Le trafic de nuit représente moins de 10% du trafic routier, mais près de la moitié des tués (46% d’après l’ONISR). Retrouvez ici nos conseils pour anticiper correctement vos trajets de nuit. 

 

Conduire de nuit : le repos avant tout 

Avant un long voyage de nuit, soyez sûr d’être correctement reposé. En effet, la somnolence est une des premières causes d’accidents. Évitez l’alcool, même modérément, la prise de médicaments à risque, qui pourraient altérer vos réflexes, ainsi que les repas trop lourds. Autant que possible, faites une sieste ou passez le volant à un passager en mesure de conduire. Enfin, indiquez sur votre GPS votre destination et repérez grâce à l’application pour smartphone Services de TotalEnergies toutes les stations-service du réseau TotalEnergies qui pourront vous accueillir pour chacune de vos pauses (toutes les 2 heures minimum). 

Le saviez-vous ? Afin de lutter contre le danger de la fatigue au volant, les constructeurs et équipementiers automobiles innovent pour prévenir le conducteur de toute défaillance. Des détecteurs de fatigue, qui se basent sur le franchissement de lignes du véhicule ou sur l’analyse du visage, peuvent alerter l’automobiliste afin qu’il effectue une pause salvatrice à temps. 

 

Trajets nocturnes : adaptez votre conduite 

Comme dans toute situation à risque (pluie, neige, brouillard…), prenez les précautions qui s’imposent lorsque vous n’y voyez pas suffisamment la nuit : réduisez votre vitesse, anticipez davantage vos freinages avant les virages, soyez vigilant à chaque intersection… En zones rurales et surtout forestières, gare aux sangliers, chevreuils et autres animaux sauvages qui pourraient vous surprendre sur la chaussée ! 

 

De nuit, priorité à la visibilité  

Voir et être vu : ne dérogez pas à cet adage ! Vérifiez régulièrement que tous les phares fonctionnent correctement et qu’ils sont suffisamment propres pour éclairer la chaussée et son environnement. Si la technologie adoptée pour votre voiture n’est pas trop complexe, munissez-vous d’ampoules (qui ne sont pas obligatoires en France, même si chaque phare doit fonctionner) et des outils nécessaires (tournevis, lampe…) pour pouvoir en changer en cas de problèmes pendant votre trajet. 

Bon à savoir : les phares se perfectionnent. Ces dernières années, parmi les évolutions marquantes en matière d’automobile, les phares tiennent une bonne place. Xénon, LED et plus récemment lasers, augmentent le champ de vision des conducteurs, et donc leur sécurité, réduisent la consommation énergétique, tout en apportant une touche esthétique qui comble les designers. A l’aide de différents capteurs, les phares intelligents sont également capables d’adapter leur regard afin de ne pas éblouir les autres usagers de la route tout en optimisant la visibilité dans les virages. 

 

Comment bien utiliser vos phares 

La bonne utilisation des phares n’est pas toujours facile. Que dit le Code de la route ? 
  

  • Feux de route : tous les conducteurs de véhicules à moteur doivent privilégier l’utilisation des plein-phares dès lors que la visibilité est insuffisante (y compris en ville si l’éclairage public est absent) et qu’aucun autre usager de la route ne risque d’être ébloui. 
  • Feux de croisement : les automobilistes doivent enclencher les codes à la place des feux de route lorsqu’un autre véhicule est en approche. Cela vaut aussi si vous vous retrouvez derrière un usager (sauf au moment du dépassement), puisqu’il risque d’être ébloui par le reflet dans ses rétroviseurs. Enfin, les feux de croisement sont la norme lorsque l’éclairage de la chaussée est suffisant. 
  • Feux de position : dans tous les cas de figure, vous devez allumer les feux de position couplés aux feux de route ou de croisement. À l’arrêt ou en stationnement, ce sont également ces phares, peu énergivores, que vous devez utiliser (les feux de route sont interdits dans ces conditions). 
  • Feux de brouillard : de nuit comme de jour, les feux de brouillard arrière sont uniquement réservés aux fortes chutes de neige et au brouillard épais. Ceux situés à l’avant de la voiture sont à utiliser lors des chutes de neige importantes, des fortes pluies et également en cas de brouillard. 

Le saviez-vous ? L’usage abusif des feux, l’éclairage non-conforme ou l’oubli de feux la nuit peuvent vous coûter 135 euros d’amende. Si cet oubli survient dans un lieu où la visibilité n’est pas assurée par l’éclairage public, un retrait de 4 points au permis de conduire, voire une suspension de celui-ci, peuvent aussi être prononcés.

 

 

Découvrez nos offres et services pour vous accompagner au quotidien

Découvrez nos conseils pour vos loisirs et déplacements